sept 092014
 

Ce week-end, sur l’initiative de l’illustre et génial Christian Harberts, nous étions une bonne vingtaine à se lever à l’aube d’un dimanche magnifique pour une sortie comme je les adore. Au programme, l’intégrale des ponts de Paris au-dessus de la Seine, aller/retour, pieds nus pour les plus fous d’entre nous. Et des fous, il y en avait !

Par qui commencer ! Déjà, fous, nous l’étions tous un peu. Car c’est une belle gageure que de se lancer dans une telle expédition ! Bien sûr chacun se connait et prend ses responsabilités, mais rendez-vous compte : départ annoncé à 7h30 Pont du Garigliano, été indien, et une distance qui ira de 18 à 36km ! Autant le dire tout de suite, j’ai été bluffé par le niveau global du groupe que nous étions, puisque nonobstant les quelques pauses, nous avons progressé à une fière allure !

C'est beau, Paris !

Le Roi des Fous, c’était bien entendu Christian, que l’on ne présente plus (ou si vous en avez besoin, clic plus haut sur son nom !), qui a couru l’intégrale pieds nus, en kilt (tissus technique, je précise, et non en laine écossaise !), Christian qui a instigué cette sortie et qui était déjà à l’origine du Tour des Maréchaux pieds nus. Vous comprenez pourquoi ce personnage m’est cher, à moi et mon Tour des Mairies de Paris !

Les 3 kiltsMais je reste le seul, le vrai et l'unique !IMG_0128.JPG

Et puis il y a nous, ses suivants : Sandra, Isabelle, Yxelle, Yo Gran Sonido, Nixul, Hugo, Romain, et moi-même, qui l’avons suivi nu-pattes, bravant les tessons du dimanche matin (vestiges d’un samedi soir festif pour d’autres !), saluant les éboueurs, qui rendent ces folies possibles.
Et les autres, coureurs de tous horizons, traileurs, marathoniens, 100bornards, ou plus simplement, amoureux de la course à pied ! C’est donc tout naturellement que, égrennant les ponts, nous avons posé un cadenas virtuel sur le pont des arts, immortalisé par Maya, venu spécialement pour nous !

Et pause des coureurs

Pose du cadenas virtuel

Le parcours s’est déroulé dans une ambiance très conviviale. L’aller était assez cool, plusieurs pauses pour nommer chaque pont franchi, une mini pause superglue (sic !) pour Christian, victime d’un morceau de verre enragé qui a cherché à lui mordre le peton (l’effet de groupe fait qu’il y a un peu trop de choses à surveiller, et il s’en est fallu de peu qu’il ne m’arrivât la même mésaventure !). Mais l’euphorie aidant, tout passe presque inaperçu !

3 traits : Départ, Fin de l’aller, Fin du retour

L’allure était nettement plus soutenue au retour, et entre la chaleur et la nutrition généralement insuffisante des coureurs (je n’avais par exemple qu’une gourde d’Isostar, il m’en aurait fallu 2, ou 2 gels), nous tirons un peu la langue sur la fin. Mais les 3 traits en témoigne : nous sommes allés au bout !

Bref, je pourrais décrire chronologiquement chaque minute. Il suffit pourtant de dire que cette matinée était un hommage à Paris, international qui plus est (américains, anglais, hongrois,… étaient représentés).

Un peu pâlot, vous trouvez ?Et j'a plein d'nu-pattes !

  4 Responses to “Le Pari(s) des Ponts”

  1. Voilà un magnifique résumé de l’affaire !! Je qualifierais pour ma part cette belle sortie par les mots CONVIVIALITE et BONNE HUMEUR bien trop souvent laissés de côté de nos jours. A noter la promesse de Christian quant à l’organisation d’un nouveau tour des Maréchaux (mars 2015 je crois). La prochaine fois ce sera avec mes fidèles VFF !!! Encore merci à toi et à tous.

  2. Vraiment sympa ton CR.
    On sent bien que la distance, le chrono et autres informations chiffrées ne sont guère importantes.
    L’essentiel était bien de profiter d’être entre passionnés. Et vos sourires montrent bien tout le plaisir ressenti et partagé.
    Cela m’a bien fait plaisir d’être venu vous voir.

 Leave a Reply

(required)

(required)

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Version bureau | Passer à la version mobile